Il y a deux ans, nous nous sommes donnés une mission d’aller  aussi loin que possible chercher l’homme qui avait dit à son Excellence Mahamoud Adam Bechir que les Tchadiens membres de la MACCA n’étaient que des apatrides. Dieu merci, les années se sont passées et la détermination de l’homme que nous  venons de trouver les courriers récents au ministère des Affaires Etrangères et  de celui de l’Information est restée constante.  Qui est alors ce diplomate requin et mesquin ?

De son sourire mécanique, sa face est  arboré d’un gros nez accidentellement posé  qui rappelle à bien des égards un homme complexé qui veut vite arriver. L’homme qui se vante bien  d’avoir fait  montrer du savoir-faire acquis au Sénégal pour  faire  entrer sa sœur dans la diplomatie sans bruit, est un citoyen dangereux. Il  pleure son père adoptif, Mahamoud  Adam Béchir.

Gore est un homme qui cristallise depuis plus de 5 ans toutes les polémiques de la communauté tchadienne des Etats-Unis. Quand la DIASPORA Tchadienne lui donna une occasion de rencontrer celui qui deviendra son père adoptif, Gore gagne l’estime d’un homme d’affaires habillé dans le costume du diplomate hors pair. Alors vint le temps des charmes du « Tu grattes mon dos, je gratte le tien ! » Gore décrit très vite  cinq (5)  groupes de tchadiens de Washington a Son Excellence Mahamoud Adam Béchir.

Qui sont-ils ?

1-Les Ngambayes de Garoua,

2- Les  broussards

3- Les amis de Hassaballah  Soubiane, l’ex Ambassadeur du Tchad et adversaire numéro 1 de Mahamoud Adam Béchir.

4- Les Fédéralistes

5- Et les revanchards de la défunte UNIR.

Mais pour mieux rester à la droite du père, le seul vrais Ngambaye pousse sa haine un peu loin en informant son interlocuteur «  Excellence, faites attention un des « Garouaristes » opposant de salon a sa cousine  qui travaille comme Secrétaire auprès de vous à l’ambassade. Est-ce là un plan programmé pour se placer ou placer  un des siens ou juste une haine envers des compatriotes ?

Allez –y  savoir !

Lorsqu’il entre dans la diplomatie avec une promesse de mettre au service de son parrain la communauté tchadienne (Diaspora et MACCA), il suggère à celui-ci de faire tout pour faire partir du Voice of America (VOA) un compatriote qu’il qualifie d’opposant au régime de Ndjamena dont la position ne ferait pas bonne presse  à l’ Ambassadeur. Il dépose, un matin,  sur le bureau de celui-ci des anciens articles signé par ce compatriote « opposant », oubliant que dans ce bureau et surtout à l’époque rien n’est confidentiel même ce qui est estampé «confidentiel ».

Dans la liste des amis de Soubiane, il conseille à Mahamoud de se méfier de Adoum Djimé, Boulandi, Ramadji, Abdoulaye  Berri, et M. Beoudou, un ancien fonctionnaire international. Dans la liste des broussards, la famille d’un certain André et celle d’un certain Gombo volent la vedette.

Quand Mahamoud propose le recrutement d’un jeune tchadien doctorant à l’Université Noire « Howard »  à «  l’Ambassade du Tchad Consulting, LLC »  pour l’aider à s’occuper de son enfant, Gore fait savoir à Mahamoud que « ce garçon est un sans papier et son rapprochement avec les Centrafricains inquiète ».

Le discours du Président de la MACCA !

Après le discours peu apprécié par l’Ambassadeur  du  Président de la MACCA de l’époque  lors d’une fête organisée  à la résidence de l’Ambassadeur, Gore lance dans un Anglais approximatif  à son patron «  You see ? » Et il poursuit, «Je vous ai dit qu’il n’est pas un tchadien ». Des tirs ciblés commencèrent entre les membres de l’Association qui avait fait la joie des tchadiens de tout bord.

Et le parrain partît !

Avec une promesse que le petit orgueilleux deviendrait Premier Secrétaire, la garde robe du prétendant  aussi changeât  avec des pourboires reçus pour mener a bien  le nouveau travail du chargé des renseignements, cette fois, non de sa communauté mais du nouvel Ambassadeur, ce «Hadjarai » comme il aime bien le dire.  La Bible remplace alors les grands boubous. Le dossier de la présidente du MACCA, une autre Mbai-Toloum est soumis à la clémence et à la bienveillance de l’homme du moment devenu aujourd’hui l’ennemi à abattre dans toutes les communications et allégations de Gore  au Ministre Moussa Faki, oubliant, lui qui prétend venir de l’ENA de Dakar  que dans ce métier, on ne s’adresse pas  à son ministre sans passer par son chef hiérarchique.  

Lorsqu’il  rend compte de ses mésaventures à Mahamoud Adam Béchir, son Père par qui on peut toucher Dieu le Père, celui-ci le conseille d’être corvéable et serviable à son Ambassadeur sachant lui-même qu’au pays ni lui,  moins encore Gore ne sont dans la grâce du Seigneur de Bamina. Mais avant de raccrocher, ce dernier lance en Arabe à son filston « Kan zoubate  da abbak,  say Allah abak » (Si ce monsieur te tourne le dos, c’est que Dieu t’a lâché).

Qui a trahi, trahira !

Gore découvres que son sort est scellé. Il  lui faut alors jouer la fibre ethnique. Mais …La suite sur Tchadhanana 

228 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article