Pour le deuxième anniversaire de l’investiture du Président Idriss Déby Itno, Télé-Tchad consacre une semaine de débats et reportages pour parler des engagements pris le Président lors de l’investiture et les réalisations deux ans après. C’est dans ce cadre que le Ministre de l’Information et de la Communication, Porte-parole du Gouvernement, Hassan Sylla Bakari a été reçu au Journal de 20 h du dimanche 28 juillet par le journaliste présentateur Elvis Tabo pour parler de la presse et des médias au Tchad.

Lorsque le journaliste Elvis Tabo lui demanda de faire un « état de lieu de la liberté de la presse au Tchad », notre Ministre-griot, alors celui-là, c’est vraiment un griot et n’a rien de journaliste, répondit en ces termes.

« Je me réjouis, en fait, de me retrouver en face d’une personne que j’ai eue à former, qui est peut-être le fruit d’une politique du chef de l’état qui consiste à former les jeunes, vous êtes une fierté de la jeunesse car le chef de l’état a voulu que vous soyez ici, le chef de l’état a voulu que des jeunes comme vous prennent en main l’information, ceci veut tout simplement dire que le tchad se porte bien, ceci veut dire que notre pays qui a un taux de croissance de près de 8 % est bien un nouvel eldorado de l’Afrique, le Tchad se porte très très bien, il y a une floraison des titres dans ce pays qui marche bien, il y a une floraison de radios et de chaines Télé privés qui marchent bien, il y a aujourd’hui la presse publique qui fait un très bon travail, le Tchad se porte bien, bla-bla, … ».
On dirait que le Ministre Hassan Sylla a appris par cœur ce qu’il était venu dire à la Télé, aucun rapport avec la question posée sur la liberté de la presse. Mais bon, restons avec le Ministre sur la question de la formation des jeunes.


91,29 % d’échec au Baccalauréat 2013, c’est ça la politique de formation des jeunes du chef de l’état Idriss Déby ?

Non, M. le Ministre, le jeune Elvis Tabo n’est pas devenu journaliste parce que le chef de l’état a voulu. Il est au poste de présentateur à la Télé-Tchad grâce à ses compétences et son talent qui sont le fruit de son travail personnel et Idriss Déby n’est pour rien.

Comme le Ministre n’a pas répondu à la question posée, Elvis Tabo est revenu à la charge en reposant la question: « M. le Ministre, l’autre aspect également de la presse au Tchad, c’est des journalistes qui se retrouvent en prison ».

Le griot Hassan Sylla répondit en ces termes :
« Alors, autant je dis que vous êtes un bon professionnel, autant je risque de mettre encore en doute ce que je viens de dire, parce que si vous dites pourquoi des journalistes sont en prison, ce que vous me dites si vous avez une carte de presse, c’est une immunité. Notre métier a des règles, la société a des règles, quand un journaliste, un médecin ne respecte pas ces règles, il est interpellé par la loi, nous n’allons pas nous immiscer dans une affaire qui est à la justice, bla-bla, …».

A moins un, le Ministre allait dire au journaliste Elvis Tabo que s’il pense comme ça, c’est qu’il est un mauvais journaliste et il allait lui retirer son compliment fait auparavant. Pour Hassan Sylla, les bons journalistes sont ceux qui sont au service de son altesse le Sultan Idriss Déby et qui ne posent pas des questions qui fâchent.

Elvis Tabo, qui est conscient du malaise de la presse, ne peut pas se satisfaire de telles réponses, a cherché encore à préciser les choses, mais Hassan Sylla l’interrompt avant qu’il ait posé sa question en disant « nous n’allons pas revenir sur cette question », mais le journaliste Elvis Tabo va quand même jusqu’au bout de sa question [ndlr: tellement le malaise est perceptible jusqu’à la Télé-Tchad, la « boîte » de Hassan Sylla ] : « … Donc selon vous la liberté de la presse est garantie ». Alors là, le Ministre de l’information hausse le ton :

« Est ce que vous trouvez que vous n’avez pas la liberté dans ce studio, M. Elvis ? Est ce que une seule fois, nous avons interféré dans votre travail ? Bla-bla, … »

A court d’arguments, le ministre répondit par une manœuvre d’intimidation comme le font habituellement les zélés du MPS. C’est classique.

Nous vous laissons écouter la suite qui est ci-dessous …

 

 


SI L’ON CROIT AU GRIOT MINISTRON HASSAN 44… par tchadonline

La rédaction de TchadPages, Convergence pour une Émergence Citoyenne au Tchad

 

516 Vues

Il n'y a pas encore de commentaire pour cet article