La région chère à Rakhiss Manany, Ibrahim Anaï, Acyl Ahamat Akhabach, Adoum Manany, Assilel, et tant d’autres, est devenue la caverne d’Ali Baba pour les régents du pouvoir en place.

Comment, et de quelle manière, les richesses d’un pays et d’une région atterrissent entre les mains du clan entourant Idriss Déby.

De sources dignes de foi, depuis presque deux ans, des entreprises sud-africaines et émiraties sont introduites hors cadre de l’État dans la région du Batha pour exploiter des gisements d’or et ensuite directement envoyer dans ces pays respectifs pour les travailler et les commercialiser.

Selon des informations envoyées à la rédaction, des parcelles entières, et des tonnes d’or sont exploitées avec la connivence du ministère des Mines qui avait attribué des permis hors cadre légal. Cet or est le bien du peuple tchadien, et pourtant aucune once de revenu n’est versée au trésor public tchadien.

Les civils, populations et autochtones de la région sont tenus à distance par la DGSIIE, la garde présidentielle d’Idriss Déby, parce que les personnes qui sont impliquées dans ce commerce illicite sont directement liées à lui. La population du Batha ne peut, et n’a pas le droit de circuler librement dans sa propre région sous peine d’exécution avec arme à feu.

Situation satellite de l’or du Batha et le permis provisoire octroyé.

Toujours selon les mêmes sources, les tonnes d’or qui sortent du Tchad sont envoyées hors du pays, traitées et commercialisées hors de nos frontières. Les revenus de ce hold-up sur le dos du peuple tchadien sont versés potentiellement sur le compte de la personne exploitant la parcelle.

Deux familles sont à pied d’œuvre dans cette entreprise macabre. Idriss Déby Itno et sa belle-famille. 

Daoussa Déby par l’intermédiaire de son beau-fils (Zaghawa soudanais – ancien directeur de douanes et du BNF), 5 des fils d’Idriss Déby, les anciennes épouses d’Idriss Déby.

La belle famille en régence actuelle d’Idriss Déby à sa tête Hinda Déby par l’intermédiaire d’un homme d’affaires connu de la place venu avec une société russe.

Dans nos prochaines éditions, nos investigations seront assez poussées, et nous serions en mesure de citer toutes les personnes impliquées jusqu’aux noms des entreprises qui exploitent et commercialisent le pillage fait sur le dos du peuple tchadien… À suivre.

Tchadanthropus-tribune

1450 Vues

  • […] Lire aussi :#TCHAD #BATHA #Richesses de l’Etat : Qui sont les pilleurs de l’or du Batha ? […]

  • Le Batha est une région du Tchad. Comme toutes les autres régions de ce pays, elle appartient à tous les Tchadiens.
    Par conséquent, la problématique soulevée intéresse tous les Tchadiens.
    Vous n’auriez même dû citer de noms, à la rigueur, celui d’Alkhalil, celui de Djouda ou bien celui de Gadaye qui ont incontestablement marqué l’histoire de cette partie du Tchad entre le Fitri, Ambirkaye, Alhar, Guéti jusqu’à Almafaza, Allideye et Alhachim.
    Évitons de faire prospérer ce trivial état d’esprit régionaliste, tribaliste et communautariste moyenâgeux, contraire à l’idée de nation tchadienne constituant l’objectif ultime de tous.

    Commentaire par Mahamat Moussa Djibrine Adam le 11 juin 2019 à 19 h 55 min